STIFTUNG

DSC_5831.jpg

La longue histoire de SON

Ce n'est qu'en 1997 que la fondation actuelle a vu le jour. La composition du conseil de fondation de cette époque nous donne une idée de la complexité de son histoire. Outre la Société d'orchestre de Bienne (SOB) de l'époque, l'Association suisse des musiciens (ASM), l'Association suisse des professeurs de musique (SSPM), l'Orchestre de la Tonhalle de Zurich, l'Association des orchestres professionnels suisses (VESBO) et la Fondation Carlo et Irène Fetzer étaient également représentés au sein du Conseil de fondation. Comment ce parrainage large et visible a-t-il vu le jour ? Les racines de SON remontent donc au début du 20e siècle !

En 1927, le « Städtebundtheater » est fondé. La compagnie en trois parties (théâtre, opéra/opérerette et ballet), était basée dans les villes de Bienne et de Soleure et elle se produisait également dans les villes de Granges, Langenthal, Burgdorf, etc... Comme la société a été soumise à une forte pression financière pendant des décennies, les instrumentistes professionnels dont elle avait besoin ont été employés dans des conditions précaires et, surtout, uniquement sur une base saisonnière. En conséquence, les artistes désignés devaient survivre aux mois d'été en tant que travailleurs non qualifiés occupant des emplois mal payés dans les cuisines des hôtels, les bureaux des impôts ou les entrepôts.

L'année 1957 marque la sortie de cette triste situation. À l'initiative d'un musicien et avec le soutien du directeur du tourisme de Bienne de l'époque, la ville de Bienne était également prête à lancer un essai avec des concerts d'été, et ce fut un succès. Six concerts par semaine et un concert apéritif le dimanche ont été organisés, d'abord au bord du lac et ensuite principalement au parc de la ville. La forte affluence du public a été la plus belle forme de remerciements pour ce festival gratuit. En même temps, les musiciens professionnels ont rapidement atteint leurs limites artistiques. S'ils voulaient quitter le domaine de la musique de divertissement légère et jouer des œuvres orchestrales plus complexes, ils devaient de toute urgence élargir leur programme habituel. Deux institutions ont fait preuve d'une solidarité durable : grâce à un financement spécial de l’ASM, jusqu'à vingt stagiaires ont non seulement complété l'orchestre, mais ont également reçu une formation complémentaire au début de leur travail grâce à des répétitions spéciales avec leurs directeurs respectifs. Et le fleuron des orchestres suisses, (l'Orchestre de la Tonhalle de Zurich) a contribué au financement en transférant le produit d'un enregistrement. Ces stages d'orchestre sont rapidement devenus une institution convoitée, dont l'accès n'était possible qu'en passant une audition sélective. Le chef d'orchestre principal de l'époque, Armin Jordan, est en grande partie responsable du succès artistique de l'orchestre. 

Vers 1970, un grand bouleversement a eu lieu. Alors que le « Städtebundtheater » a été dissous à la fin de l'année 1970 et que pratiquement tous les participants ont perdu leur emploi, la Société d’Orchestre de Bienne (SOB), fondée un an plus tôt (1969), a pu engager les musiciens du théâtre et fonder avec eux l'Orchestre symphonique désormais entièrement professionnel. Dans le même temps, les amateurs se sont réunis pour former l'Orchestre de chambre de Bienne. Dès lors, l'orchestre a été principalement façonné artistiquement par le chef d'orchestre et compositeur Jost Meier.

Malgré ses ressources limitées, le SOB était implicitement soumis à des pressions internes et externes pour concurrencer d'autres orchestres symphoniques suisses, financièrement plus puissants. Elle a fait retomber cette pression en revenant aux expériences précédentes en adoptant la tâche d'un orchestre de formation. Les concerts d'été ont été poursuivis avec l'aide de jeunes musiciens et, au fil du temps, un modèle de formation a été développé sous le label ABC : A) des cours et des concerts selon un schéma éprouvé en juillet, B) un stage d'orchestre de quatre semaines au sein du SOB en août, C) un stage saisonnier (concerts et en théâtre).

Ainsi, le SOB s'était positionné et consolidé à tel point qu'en 1995, l’ASM ne considérait plus qu'il était justifié de continuer à soutenir l'orchestre. Cet état de fait a remis en cause les concerts d'été. Par conséquent, deux ans plus tard seulement, en 1997, les institutions susmentionnées ont fondé la Fondation SON. Le fait que l’ASM ait été à nouveau impliqué souligne l'aspect important de l'éducation des jeunes musiciens. Et la présence active du VESBO (Orchester.ch) pourrait être un jalon vers un engagement national du TOBS et du SON en matière d'éducation.

Notes Edi Benz, Editorial Marc van Wijnkoop Lüthi

 
 

CONSEIL DE FONDATION 

Savoy_050218AWI_018.jpg

Philippe Savoy

Président du Conseil de fondation

Directeur du site fribourgeois de l'HEMU (Haute Ecole de Musique Vaud-Valais-Fribourg)

image001.jpg

Daniel Schädeli

Vice président

Représentant de l'USDAM

kaspar zehnder557a.jpg

Kaspar Zehnder

Membre

Chef d'orchestre de l'Orchestre Symphonique Bienne Soleure

Paola De Luca

Membre

Coprésidente de la SSPM

Matthias Walpen

Membre

Représentant de l'USDAM - Section Bienne

Dieter Kaegi_Marshall Light Studio.jpg

Dieter Kaegi

Membre

Membre du conseil orchestre.ch

Christine Lüthi

Directrice SON

LINKultur GmbH